La Géorgie se prépare à lancer un nouveau point d’échange Internet Thumbnail
‹ Retour
Développer l'infrastructure et les communautés techniques 13 août 2021

La Géorgie se prépare à lancer un nouveau point d’échange Internet

La communauté Internet de Géorgie, dirigée par l’Association des opérateurs de télécommunications de Géorgie, se prépare à lancer un nouveau point d’échange Internet (IXP) en septembre 2021, avec le soutien de l’Internet Society. Il disposera de deux points de présence (PoP) : à Kutaisi, dans l’ouest du pays, et dans la capitale Tbilissi.

Nous avons demandé à Ucha Seturi, président de l’association des opérateurs de télécommunications, ce qui les a motivés à développer l’IXP et leurs plans pour l’avenir.

Internet Society: Combien d’IXP la Géorgie possède-t-elle ? Est-ce le premier ?

Ucha Seturi : Il y a presque quatre ans, l’Association des opérateurs télécoms à laquelle je participe a été l’un des fondateurs du premier IXP à Tbilissi avec deux partenaires : Newtelco Georgia (centre de données) et le Réseau national de recherche et d’éducation (GRENA). Malheureusement, ce projet n’est pas devenu opérationnel en raison du désistement de l’un des principaux partenaires et de la mise en place d’un échange commercial, qui n’a pas non plus décollé.

Ce sera donc le premier IXP opérationnel avec deux nœuds interconnectés et 17 opérateurs (12 membres et 5 non-membres) dès le début.

Qu’est-ce qu’un point d’échange Internet ?

Dans de nombreuses régions du monde, le trafic Internet doit parcourir de trop grandes distances. Un message électronique adressé à un voisin doit parfois traverser plusieurs pays ou continents avant d’arriver. Les points d’échange Internet acheminent le trafic localement plutôt qu’internationalement. Ils contribuent à rendre l’internet plus rapide, moins cher et meilleur.

Quel impact cela aura-t-il sur la connectivité locale ?

L’IXP ne réduira pas seulement les coûts de connectivité, mais devrait améliorer l’accès à une connectivité internet plus rapide et donc améliorer la qualité du service. La possibilité d’interconnecter des réseaux jusqu’à 100 Go/s facilitera l’accès à des services tels que la vidéo à la demande et la vidéoconférence dans un plus grand nombre de régions, ce qui est particulièrement important pour les établissements d’enseignement qui doivent s’adapter à la pandémie de coronavirus.

Pouvez-vous nous parler du soutien que vous avez reçu de l’Internet Society et de la façon dont cela vous a aidé dans le processus de construction de l’IXP ?

Jane Coffin, vice-présidente principale, Croissance de l’Internet, Internet Society, et Maarit Palovirta, ancienne directrice principale, Affaires régionales Europe, Internet Society, ont fait une présentation sur les IXP à Tbilissi en 2011, ce qui m’a encouragé à rejoindre l’Association des opérateurs de télécommunications et à commencer à utiliser la boîte à outils IXP. Je suis également devenu membre du chapitre local de l’Internet Society, puis membre fondateur et organisateur du forum national géorgien local sur la gouvernance de l’Internet ainsi que du Georgia Network Operators Group (GeoNOG) en 2015.

Ces activités étaient toutes soutenues par l’Internet Society, le principal problème récurrent étant la connectivité et la nécessité d’un IXP. J’ai donc commencé à participer à d’autres réunions parrainées par l’Internet Society, telles que le Dialogue européen sur la gouvernance de l’Internet (EuroDIG), le Dialogue sud-est européen sur la gouvernance de l’Internet (SEEDIG) et le Forum sur la gouvernance de l’Internet en Asie centrale (CAIGF), ainsi que d’autres réunions régionales de groupes d’opérateurs de réseaux (NOG) où les IXP étaient discutés. Je suis ensuite devenu membre associé de l’European Internet Exchange Association (Euro-IX) et candidat membre de l’European Internet Services Providers’ Association (EuroISPA), ce qui m’a incité à lancer le projet IXP de Kutaisi.

J’avais déjà travaillé directement avec l’Internet Society par le biais de son initiative de réseau communautaire (RC) qui avait soutenu le RC de Tusheti, et je connaissais donc déjà le personnel de l’Internet Society. Nous avons commencé à tenir régulièrement des réunions bimensuelles avec Max Stucchi, conseiller technique régional pour l’Europe, Kevin Meynell, directeur principal de l’engagement technique et opérationnel, et Juan Peirano, conseiller politique principal, qui ont fourni des conseils sur certains des éléments nécessaires à l’établissement [d’un IXP]. Ils m’ont guidé sur la manière de mettre en œuvre et de faire fonctionner un IXP, m’ont aidé à obtenir les ressources numériques nécessaires auprès du Registre Internet régional pour l’Europe, le Moyen-Orient et certaines parties de l’Asie centrale (RIPE NCC), et ont fourni l’équipement nécessaire au démarrage de l’IXP.

Donc oui, le soutien de l’Internet Society a été inestimable dans ce processus.

Vous avez dit que vous étiez en train de conclure un accord avec Cloud 9 pour héberger l’IXP à Tbilissi ?

Cloud9 est désormais membre de l’IXP et héberge le PoP de Tbilissi.

La conférence « Expert Mission on Neutral Public Internet Exchange Points » a eu lieu les 1er et 2 juin 2021. Fait-elle partie de l’effort du gouvernement pour pousser au développement des IXP ?

[L’événement a été […] organisé par la Commission des communications, qui est l’organisme de réglementation des télécommunications en Géorgie. J’ai participé pleinement et j’ai prononcé un discours de 15 minutes sur la situation existante et notre projet IXP, afin qu’ils comprennent l’importance d’avoir un régime réglementaire qui facilite et favorise un IXP commercialement neutre qui profitera à l’ensemble du pays.

Notre Premier ministre Irakli Garibashvil compte sur la transformation numérique pour stimuler la croissance économique, et a déclaré que l’interconnexion des réseaux locaux « peut faire avancer l’économie de la Géorgie et la transformer pour lui donner une nouvelle dimension. » Le ministère de l’Économie et du développement durable ainsi que la commission des communications de Géorgie sont donc à l’origine de la création de l’IXP.

Le gouvernement géorgien, par le biais de l’accord de partenariat oriental de l’UE, fournira 3,9 milliards d’euros pour aider à améliorer les transports et la connectivité. Quelle part de cette somme est consacrée au développement de l’IXP ?

La Géorgie coopère effectivement avec l’Union européenne (UE) dans ce sens, et j’ai participé à la phase de planification avec la Banque européenne d’investissement (BEI) et communiqué des informations sur la connectivité et les défis du dernier kilomètre. Nous négocions actuellement avec le ministère des télécommunications afin d’obtenir des prêts à faible coût pour les membres de l’association IXP, en particulier ceux qui installent la fibre dans les zones rurales. Un autre soutien est accordé au projet OpenNet, qui est une initiative de l’État visant à fournir de la fibre optique dans les zones non connectées, et qui utilisera les IXP de Kutaisi et de Tbilissi.

Quand prévoyez-vous de lancer le projet ?

Nous avons déjà le matériel financé par l’Internet Society et nous venons de terminer le travail sur le PoP de Kutaisi. Celui-ci a été construit de toutes pièces. Nous sommes en train d’y installer l’électricité, le refroidissement et les systèmes d’alimentation sans coupure (UPS). Nous espérons commencer les tests en août, et sept membres sont prêts à se connecter.

Au PoP de Tbilissi, nous avons conclu un accord d’hébergement avec Cloud9 et installé le matériel. À ce stade, nous avons déjà quatre membres prêts à se connecter. La participation de Cloud9 nous permettra également de disposer d’un accès local au contenu local, de sorte que les choses se présentent bien pour un lancement en septembre 2021.

La création d’un IXP performant ne dépend pas simplement de la compétence des ingénieurs. Il faut du temps et des efforts pour développer la confiance, une compréhension commune et des accords mutuels dans les communautés locales. Rejoignez-nous et contribuez à la croissance de l’Internet !
‹ Retour

Avertissement: Les points de vue exprimées dans cette publication appartiennent à l’auteur et peuvent ou non refléter les positions officielles de l’Internet Society.

Rejoignez la conversation avec les membres de Internet Society à travers le monde