Ouvrir la voie à la préservation du contenu local au Rwanda Thumbnail
‹ Retour
Développer l'infrastructure et les communautés techniques 1 septembre 2021

Ouvrir la voie à la préservation du contenu local au Rwanda

Voici maintenant une dizaine d’années que la communauté Internet africaine s’est fixé un objectif ambitieux. Avec l’initiative 80/20, elle s’est engagée à échanger 80 % du trafic Internet localement, et donc à acheminer 20 % seulement hors du continent..

La création de points d’échange Internet (IXP) est essentielle non seulement pour atteindre cet objectif, mais aussi pour rendre l’Internet plus rapide et plus abordable.

La Rwanda Internet Community and Technology Association (RICTA) est une organisation à but non lucratif qui représente les intérêts de la communauté Internet rwandaise. RICTA connaissait déjà les avantages des IXP lorsque l’initiative 80/20 a été lancée. Depuis 2004, elle gère le Rwandan Internet Exchange (RINEX).

RINEX a été l’un des premiers IXP à être établi en Afrique. Il compte aujourd’hui 18 membres, dont des FAI, des opérateurs de télécommunications, des institutions gouvernementales, des banques, des établissements d’enseignement et des réseaux de diffusion de contenu.

RINEX ouvre la voie aux différents réseaux et fournisseurs de contenu pour que le contenu local reste local.

Comme le dit Grace Ingabire, directrice générale de RICTA, aider les partenaires à territorialiser le contenu revient à réduire les coûts de transit et la latence dans le réseau. Or, l’amélioration de la latence se traduit par une bien meilleure expérience pour l’utilisateur.

Pour Mme Ingabire, l’Internet Society est un partenaire précieux. En plus de soutenir la vision de RICTA pour le renforcement des capacités et le développement technique des IXP en Afrique, nous avons fait don d’équipements IXP tels que des commutateurs, des émetteurs-récepteurs optiques, des serveurs et des routeurs. « Cela nous a permis de soutenir les IXP nouveaux et existants dans la région », dit-elle.

Elle remercie également le Forum africain sur le peering et l’interconnexion (AfPIF) de lui avoir donné l’occasion de rencontrer des personnes issues de divers secteurs, notamment d’entrer en contact avec d’autres femmes dans le domaine des technologies. Elle explique que l’AfPIF lui a permis de joindre et d’entrer en contact avec des acteurs importants du secteur, notamment les réseaux de diffusion de contenu.

Dans un souci de rapatriement de certains de ses sites Web au Rwanda, RICTA a mené en 2017 un projet pilote avec l’aide de l’Internet Society. La migration vers un hébergement local a entraîné une baisse spectaculaire des temps de chargement. Cela a permis d’augmenter le nombre de visites sur les sites Web rapatriés et d’améliorer l’engagement des visiteurs, qui ont à la fois consulté plus de pages par séance et sont revenus plus souvent. Il est important de noter que cela a également multiplié les opportunités commerciales pour les revendeurs d’hébergement et les centres de données locaux pour les développeurs de sites Web.

L’objectif 80/20 est devenu partie intégrante de la volonté de RICTA de favoriser le trafic local. « Au Rwanda, nous nous sommes efforcés de sensibiliser le pays », explique Mme Ingabire. « Nous y sommes parvenus grâce à des campagnes, des formations et un engagement auprès de la communauté. »

« Grâce au soutien du gouvernement, nous avons la garantie que d’autres institutions vont se joindre à nous « , ajoute-t-elle. Parmi ces organisations connectées à RINEX figure l’autorité fiscale rwandaise, qui aide les gens à accéder aux services gouvernementaux.

RICTA a également établi des contacts avec les banques et les institutions financières, notons toutefois qu’il est encore nécessaire d’éduquer et de sensibiliser la population. Avec une meilleure sensibilisation, le Rwanda sera en mesure de créer un environnement favorable et des incitations qui encourageront les acteurs locaux à héberger davantage de contenu dans le pays.

« Ce secteur tend à se développer dans la majorité des pays africains, ce qui n’empêche pas un manque de confiance dans les plateformes locales », explique Mme Ingabire.

RINEX, un pionnier en Afrique, est prêt à relever le défi.

La création d’un IXP performant n’est pas qu’une question d’ingénierie. Développer la confiance dans les communautés locales demande du temps et de nombreux efforts. Rejoignez-nous et contribuez à la croissance de l’Internet !

Image de Michael Muli via Unsplash

‹ Retour

Avertissement: Les points de vue exprimées dans cette publication appartiennent à l’auteur et peuvent ou non refléter les positions officielles de l’Internet Society.

Rejoignez la conversation avec les membres de Internet Society à travers le monde